L’éternelle question : taux fixe ou taux variable?

Les titulaires d’un prêt hypothécaire et les acheteurs de maison bénéficient depuis trois ans de taux d’intérêt fixes sous les trois pour cent. Puisque l’ère des faibles taux d’intérêt semble vouloir se poursuivre, on réitère toujours la même question : faut-il opter pour un prêt hypothécaire à taux fixe ou à taux variable?

Selon Robert McLister, planificateur hypothécaire et fondateur de intelliMortgage Inc., la réponse n’est pas simple. Cela dépend de chaque client, de sa situation personnelle et de sa façon de gérer les risques. « Pour déterminer la durée du prêt que l’emprunteur devrait choisir, nous lui posons une multitude de questions, afin de pouvoir lui proposer plusieurs options. »

Voici quelques-unes des questions que M. McLister aborde avec ses clients :

  1. Pourriez-vous gérer une hausse éventuelle du taux d’intérêt? Lors d’un récent sondage, 16 % des personnes interrogées ont dit ne pas pouvoir se permettre une augmentation de trois points de pourcentage, tandis que 27 % affirment qu’elles auraient à revoir leur budget. Par ailleurs, 26 % déclarent qu’elles seraient inquiètes, mais qu’elles pourraient probablement s’adapter. « Nous regardons le versement que le client paie actuellement, nous tenons compte de sa période d’amortissement, puis nous nous assurons qu’il pourra gérer une hausse éventuelle, autant pendant la durée du prêt qu’au moment du renouvellement, explique M. McLister. Si un client opte pour un taux flottant, nous lui trouvons également des taux s’accompagnant de versements fixes, tout en sachant qu’un versement fixe n’est pas à l’abri des risques. »
  2. Avez-vous mis de côté l’équivalent de trois mois de frais de subsistance? Une réserve d’argent comptant permet de mieux résister à des taux d’intérêt plus élevés. « Personne ne souhaite se retrouver avec un taux variable qui augmente au moment même où le budget est perturbé, notamment en raison d’une mise à pied, d’une séparation, d’une maladie, de l’arrivée d’un enfant ou d’autres dépenses imprévues. »
  3. Où serez-vous dans cinq ans? « Les clients qui résilient un contrat hypothécaire à taux fixe avant sa date d’échéance peuvent encourir une forte pénalité correspondant au différentiel de taux d’intérêt. Par contre, s’ils mettent fin à un contrat hypothécaire ordinaire à taux variable, ils ne doivent que rembourser l’équivalent de trois mois d’intérêts. Voilà un aspect clé à considérer pour les clients qui recherchent la souplesse en matière de refinancement, qui pensent à vendre ou à louer ou qui ne peuvent pas transférer leur prêt hypothécaire pour une raison quelconque. Dans de nombreux cas, il est plus prudent de choisir un contrat de trois ans. »
  4. Quel est l’écart entre un prêt de cinq ans à taux fixe et un prêt de cinq ans à taux variable? L’écart actuel se situe à un demi-point de pourcentage, ce qui est beaucoup moins élevé que la moyenne à long terme. Selon M. McLister, « ceci signifie qu’on peut actuellement se procurer la certitude qu’offre un taux fixe à un coût relativement bas par rapport au passé. Cet écart suggère également que le marché s’attend à ce que les taux d’intérêt restent bas. À long terme, les taux variables surpassent facilement les taux fixes, à une exception près : lorsque l’écart est très petit. » Quel est le seuil de rentabilité? Il existe une circonstance où un prêt hypothécaire à long terme et à taux fixe coûte moins cher qu’un prêt à taux variable. « Ce serait le cas si aujourd’hui le taux préférentiel augmentait de plus de trois quarts de point de pourcentage, affirme Robert McLister. Si l’inflation menaçait d’augmenter, la Banque du Canada pourrait facilement faire grimper les taux encore plus haut. Voilà le risque. »

Le choix d’un taux fixe ou variable demeure une décision personnelle. Chaque personne est unique. Les clients qui ne peuvent pas dormir la nuit parce qu’ils craignent que leurs versements augmentent devraient choisir un taux fixe. S’ils sont en bonne santé financière et que leur période d’amortissement est plus courte, ils devraient sans doute choisir un taux variable. D’une façon ou d’une autre, la tranquillité d’esprit n’a pas de prix.

Vous pouvez également aimer

3

Montrez-leur le chemin